dessin

Tous niveaux , débutants ou confirmés.

 

Etre capable de maîtriser l'art du dessin est avant tout une question de prédisposition personnelle, 
de créativité et de patience dans l'assimilation des principes fondamentaux qui en règlent le développement.

Dans l'ère contemporaine caractérisée par la
dépendance de la photographie et des techniques de représentation, redécouvrir le dessin peut signifier
comprendre vraiment le réel.
Avoir un contact sans médiation avec la vie, les gens
et les objets qui nous entourent.
Entrer dans ce type d'activité signifie remettre en
question notre perception de la réalité.

 

 

 

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player


 

Publication en Italie du manuel des techniques de la peinture à l'huile de Riccardo Rossati:"Il canto della Materia".

Preface du professeur Claudio Strinati au manuel "Il Canto della Materia"

 

Cet ouvrage, écrit par l'artiste-peintre Riccardo Rossati, dévoile de nombreux aspects de sa personnalité, de ses recherches et réalisations. Le fait qu'il s'agisse d'un manuel en dit déjà long sur les intentions de l''auteur. En effet, Rossati a construit ce livre avec l'intention d'éduquer réellement le lecteur (supposé déjà très averti) et de lui permettre de perfectionner son travail en conscience. Outre la qualité du manuel technique déjà remarquable, le texte est par ailleurs constamment enrichi d'une réflexion historique et esthétique. Le champ d’action de l'auteur est cependant restreint : il ne s’agit pas d’un manuel générique, mais d’un manuel spécifique. Le sous-titre est sans équivoque : "techniques de peinture à l'huile". En fait, Rossati démontre de manière incontestable, au vu d'arguments et d'informations documentées, que la peinture à l'huile se trouve être la technique par excellence dans l'histoire de la peinture occidentale, caractérisant de fait son évolution.

 

Sans pour autant s’abandonner à un retour suranné au passé, Riccardo Rossati parcourt cette évolution au travers de la nécessité de préserver une dimension artisanale dans un monde semblant vouloir la mettre de côté, lorsqu'il ne la méprise pas. Bien sûr, en la matière et dans une acception moderne, il y a des éléments désuets côtoyant une partie valide. Rossati croit profondément au métier d'artiste dont il nous parle, sans pour autant faire l'apologie de la tradition selon l'expression latine consacrée "acti laudator temporis".

 

Si ce technicien considère comme indispensable l'appréhension de certaines études intemporelles, Riccardo Rossati est avant toutes choses un artiste, un peintre avec sa poétique propre très reconnaissable. Si l'auteur nous propose certaines références historiquement orientées, il véhicule avant tout sa stratégie créative sans composantes nostalgiques. Ceci dit, la majeure partie de l'ouvrage est dédié à l'enseignement essentiel, sans aucune idéologie figurative. Ainsi, une grande place est donnée à la composition de la couleur, à ses différents types, aux méthodes de préparation et d’exécution. Lorsqu'il aborde des genres tels que la nature morte, le portrait ou encore le nu, Rossati parle alors de lui, de ses aspirations créatrices et de son monde expressif, ce avec un sens de l'universalité et une posture spéculative marquée. Il est touchant d’observer la manière dont Rossati dialogue avec ses prédécesseurs et les théoriciens de la technique, comme pour mieux s'adresser à ses contemporains. Ainsi, alors qu'il explique une thèse particulière, relative à Cennino Cennini - qui le précède d'environ six siècles - il cite un passage où celui-ci livre un conseil, comme s'il s'adressait à un collègue en présence, dans le cadre d'un échange constant d'idées et de suggestions.

Cette modalité de manuel, ainsi comprise pendant des siècles, inspire ici un sentiment de profond respect quant à la tradition rhétorique portée par un artiste comme Rossati, certes jeune mais déjà maître d'une parabole menant à des résultats consistants sur le plan créatif.

Rossati ne prétend pas justifier l'expression par la technique pure, mais rend compte de la difficulté de traduire l’expression des sentiments sans maîtrise d’une technique métabolisée.

 

 

Pour conclure, ce livre est destiné à la fois à ceux qui doivent se former et à ceux qui, déjà formés, ont conservé le goût de la recherche et de l'intérêt pour les techniques anciennes. Il ne fait aucun doute que toute personne qui lira ce livre se penchera ensuite différemment sur les œuvres d'art présentes dans les églises, les musées ou les maisons privées, avec un oeil neuf, certainement plus attentif, plus disposé à voir vraiment ce qui est habituellement regardé distraitement. Riccardo Rossati nous fournit là une sorte de lentille à travers laquelle nous pouvons apprendre à observer clairement, en corrigeant notre myopie ou notre presbytie intellectuelles.


 

Contact Form